La panthère à la Une

Une panthère noire tuée en Thaïlande

La Thaïlande est considérée comme un pays important pour les braconniers possédant de nombreux trafics d’animaux comme les panthères ou d’autres espèces en voie de disparition. Cette pratique est malheureusement très répandue en Thaïlande. Malgré les nombreuses mesures restrictives mises en place afin de lutter contre ce fléau, cette pratique illégale ne cesse de grimper. En effet, ces mesures ne sont pas assez fermes pour être respectées.
Une panthère noire a été tuée par un homme d'affaires Thailandais

Un homme d'affaire thaïlandais arrêté après avoir tué une panthère noire

Il y a deux mois de cela (en février 2019), un homme connu dans les affaires en thaïlande est soupçonné d’avoir tué une panthère noire, courtisée pour la valeur de sa fourrure. Cette catastrophe a permis de mettre en avant les défaillances du parc national de Kachanaburi. En effet, la panthère a été tué au sein même de cet espace normalement sécurisé. Un grand manque de contrôle et de respect des lois anti-braconnages ont été mis en avant.
 
Le riche homme d’affaire thaïlandais a été arrêté dans ce parc par un garde au moment où il a abattu cette panthère. Lors de son jugement il a été uniquement condamné pour “soutien au braconnage”, ce qui s’avère être assez loin des faits. Les défenseurs des espèces en voies de disparition, en particulier des panthères ont été sidérés du verdict.
 
Il a écopé d’un 1 an et 4 mois de prison ferme, mais aussitôt libéré sous caution. Cet homme qui a tué une panthère noire aux yeux de tous est actuellement libre. Il y a de grandes chances que l’affaire soit classée sans suite.

Des mesures contre le braconnage à développer

Il existe de nombreuses affaires comme celle-ci en Thaïlande. Les panthères sont très courtisées pour leur pelage mais également leur dentition, mais d’autres animaux en pâtissent. Souvent dénoncer par des associations, les mesures prises contre cela sont infimes.
 
Le braconnage, cette pratique illégale, est pourtant monnaie courante dans ce pays. De très grand réseau de braconnage existe. À l’avenir pour faire baisser cette menace, il sera important que le gouvernement prennent des mesures bien plus strictes et des sanctions plus lourdes à l’égard des protagonistes.
 
En revanche, la Thaïlande essaie tant bien que mal de réagir face aux nombreux réseaux en place. Ils ont signé la convention internationale interdisant le braconnage et toutes les pratiques illicites faites sur les panthères et toutes les espèces en voies de disparition.
 
Le manque de moyens peut être une explication également à cette dérive. En effet, les gardes forestiers chargés de la protection des panthères et autres animaux sont très peu formés. L’ONU a mis en place une formation, pour ainsi leurs apprendre à récolter les preuves nécessaires dans le but d’inculper les braconniers.

Le Kenya, l'exemple à suivre

À l’instar du Kenya, la Thaïlande pour éviter de nouveaux crimes contre ces animaux dont les panthères doit accentuer ses mesures. La ministre de l’environnement du Kenya a annoncé en 2013 que cette pratique avait diminué de 80%. La loi kenyane impose une amende de 170 000 euros avec en plus 20 ans d’emprisonnement.
 
Récemment, une panthère noire a été aperçue sur le territoire, cela permet de voir que l’espèce existe encore. Si ces lois n’avaient pas été mises en place, il est fort possible que les panthères noires au Kenya aient totalement disparu.
 
Néanmoins, certains cas persistent mais le gouvernement ne baisse pas les bras, la ministre de l’environnement a d’ailleurs fait une proposition de projet de loi dans l’espoir d’instaurer la peine de mort contre les braconniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial